20170723_102427[1]

 

La digestion

Le lapin ne peut pas vomir : il digérera donc tout ce qui lui tombe sous la dent. Le lapin étant domestique, il a depuis belle lurette perdu l’instinct qui le préviendra que tel élément est toxique. Caoutchouc, plantes (en général toxiques) d’appartement, livre, tissu, lacets… seront donc transformés et atterriront dans la litière. Avec, en passant, de possibles intoxications que vous remarquerez à l’occasion d’un changement de couleur et de forme des selles, d’un changement dans les habitudes du lapin (mange moins, bouge moins). Les solutions consistent en la prévention (sécurisation de votre lieu de vie : plantes hors de portée du lapin, par exemple) et en la surveillance du lapin. Dans la plupart des cas, son état s’améliorera de lui-même, comme pour les blessures. On peut lui donner, comme pour l’humain, du charbon végétal pour l’aider à faire passer la pilule. Si vous notez des signes extrêmes absolument anormaux, tels que convulsions, perte d’équilibre, forte diarrhée, léthargie, il va sans dire qu’il vous faut l’emmener chez le vétérinaire, si vous en avez trouvé un doué en NAC (et profitez-en pour m’en faire part, je cherche toujours…). D’autres signaux sont aussi à prendre au sérieux.

L’eau

Le lapin boit uniquement de l’eau : beaucoup s’il est nourri avec des aliments secs (le double de ce qu’il mange), moins s’il est nourri avec des aliments frais. Le lapin boit en moyenne 30 fois en vingt-quatre heures.

L’abreuvoir – le biberon ou la gamelle – doit être régulièrement nettoyé et l’eau changée (complètement, pas simplement en ajouter). Si vous voyez que le fond du biberon devient verdâtre ou que des dépôts de saleté s’accrochent aux bords et au fond de la gamelle, il est plus que temps de changer complètement l’eau et de désinfecter le biberon ou la gamelle. Une gamelle en céramique (le lapin peut manger le plastique) est plus pratique à nettoyer et il est plus facile d’y changer complètement l’eau.

Soyez particulièrement attentif à changer l’eau très régulièrement en été : elle chauffe rapidement, surtout dans les biberons. Or, le lapin ne boit pas d’eau chaude (ou à contrecœur).

Les caecotrophes [sékotrof]

Le lapin mange ses crottes. Hé oui. Mais pas n’importe lesquelles : des crottes spéciales, nommées caecotrophes et prononcées sécotrophes, sont en fait des concentrés énergétiques que le lapin ingère pour profiter des nutriments. Elles sentent très mauvais, sont collantes, luisantes et agglutinées.

Digestion du lapin

Source : Cuniculture.info