Un lapin malade ne vous le fera pas savoir : il souffre en silence, il faudra donc apprendre à l’observer. 

Symptômes

Le lapin est une proie naturelle ; de sa discrétion dépend sa vie. L’état de faiblesse entraîne, chez le lapin, les symptômes généraux suivants :

  • modification du comportement : agressivité, apathie, rupture des habitudes, ne s’alimente pas, ou moins que d’habitude… L’énergie du lapin est modifiée, ainsi que son caractère.
  • Modification des déjections : les changements de couleur, de quantité, de forme et de texture sont un signe de mal-être physiologique général.
  • Oreilles froides : les oreilles sont le régulateur du lapin, elles sont chaudes ou tièdes en état de santé.

Autres symptômes plus spécifiques : une respiration anormale (bruyante ou très rapide), un léchage ou grattage intensif et récurrent dans une zone (blessure, piqûre, parasites) ou des yeux humides ou purulents (conjonctivite, abcès dentaire).

Que faire ?

Que faire si vous remarquez ces symptômes ? Téléphonez à un vétérinaire spécialisé en lapins (malheureusement, cela n’existe pas encore à ma connaissance) ou, à défaut, à un vétérinaire NAC (nouveaux animaux de compagnie), ou à un éleveur de lapins. Téléphonez avant de vous déplacer car il vaut mieux éviter de soumettre le lapin, qui plus est malade, au traumatisme de la voiture.

Chez le vétérinaire, gardez à l’esprit que vous êtes le seul à vraiment bien connaître votre lapin et ses habitudes. Pour établir un diagnostic, le vétérinaire a donc besoin de vous.

Quelques histoires vécues

Voici l’histoire de quelques-uns de nos lapins qui ont été malades et comment ils ont survécu – ou pas 🙁 -. 

Caramel et Confetti

Mes deux premiers lapins étaient minuscules. Je les avais adoptés dans une animalerie peu scrupuleuse qui vendait des « mini-lapins » pas encore totalement sevrés. Caramel était manifestement déjà malade, car je l’ai trouvé mort le lendemain au réveil. Il ne s’alimentait pas et ne bougeait qu’à contre-cœur. Comme je n’y connaissais rien, je croyais que c’était normal. En fait, il avait l’estomac bombé, tellement qu’il avait de la peine à marcher. Il a dû souffrir le martyre.

Quant à Confetti, qui allait bien durant la première semaine, il n’a pas tardé à manifester les mêmes symptômes que Caramel. J’ai donc couru dans une clinique vétérinaire, qui l’a hospitalisé en me disant de me préparer au pire : Confetti avait l’estomac rempli de déjections qu’il ne parvenait pas à « découper ». Cela formait un agglomérat compact qui lui bombait le ventre et l’empêchait de s’alimenter. Confetti est mort pendant la nuit de son hospitalisation.

Colorado

Lorsque j’ai adopté Colorado, il était plus grand que Caramel et Confetti, car je ne voulais pas commettre la même erreur. Cependant, plusieurs semaines après son arrivée, j’ai remarqué des changements de comportement : il ne sautillait plus partout mais préférait se coller au radiateur (il avait d’ailleurs les oreilles froides) ; il faisait même pipi près du radiateur, alors qu’il était propre ; il avait la diarrhée ; il émettait un grincement de dents qui signifie que la douleur était très intense ; il ne mangeait plus ni ne buvait.

Je l’ai donc vite porté chez le vétérinaire, qui m’a dit qu’il ne pouvait rien faire et que je devais me préparer au pire. Il n’avait aucun diagnostic, aucune explication, mais il m’a donné le nom d’un régulateur de flore intestinale, « Rongeur Digest ». Comme je ne voulais pas que l’histoire se répète, j’ai nourri et abreuvé Colorado à la seringue sans aiguille – c’était une bataille – durant plusieurs jours et au final, il s’en est sorti. Je lui donnais à manger des petits pots de bébé à la carotte et à boire du « Rongeur Digest » délayé dans l’eau. Il n’a plus jamais été malade par la suite et vit toujours une vie de roi. Quant à « Rongeur Digest », il m’a servi plusieurs fois en prévention, lorsque je savais que le lapin allait vivre un choc : long trajet en voiture, déménagement…

Tochtli

Tochtli n’a jamais été malade, ou alors très peu de temps, et il guérissait de lui-même. La seule chose qu’il ait attrapée, ce sont des puces. Heureusement, le remède est facile et très efficace : il s’agit de l’antiparasitaire pour chats Advocate.